Pas de futur pour l’expérimentation marseillaise !

Après « l’école de la confiance », l’école de la concurrence dans la précipitation : les résultats des élections législatives à venir sont-ils si incertains que le président de la République ne puisse attendre un vrai bilan de « l’expérimentation » marseillaise? Ou sait-il déjà que cette dernière va droit dans le mur ?

Le SNUipp-FSU dénonce cette vision politique de l’éducation qui laisse penser au peuple français que des enseignants seraient moins impliqués que d’autres et que certains seraient méritants, engagés dans leurs écoles et que d’autres seraient… Seraient quoi ? tire-au-flanc, fainéants ?

NON ! Les enseignants sont des êtres humains et des professionnels mal considérés, mal rémunérés et débordés par les injonctions et les « missions » qui s’accumulent sans aucun moyen ni concertation ! Pour preuve le manque d’attractivité du métier, l’État en est quant même arrivé à organiser des entretiens de 30 min en « job-dating » et s’en gargarise…

Les demandes de la profession ne sont pas d’être choisis pour telle ou telle école par une chef d’établissement mais bien de pouvoir exercer leur métier dans des conditions matérielles décentes, de pouvoir exercer leur liberté pédagogique sans les pressions institutionnelles des soi-disant « bonnes pratiques » et de pouvoir garantir une éducation nationale à la hauteur sur tout le territoire.

lisez le communiqué de presse national :

Vous pourrez compléter avec le très bon article du café pédagogique ICI