Georges Floyd et tous les autres : reprendre la rue contre les violences policières !

Georges Floyd et tous les autres : reprendre la rue contre les violences policières !

Nous n’avons pas oublié Zyed et Bouna, comme Adama Traoré, et toutes les « bavures » subies par les jeunes des cités.

Nous n’avons pas oublié Rémi Fraisse, militant mort à Sivens, ou Steve, tué à Nantes parce que fêtard.Nous n’avons pas oublié les violences réelles ou symboliques subies quotidiennement par les réfugiés et migrants.

Nous n’avons pas oublié les collégiens et lycéens de Mantes-la-Jolie, agenouillés les mains sur la tête, filmés, humiliés pendant plusieurs heures l’an dernier.

Nous n’avons pas oublié les yeux crevés, les mains arrachées, les milliers d’arrestations et de garde à vue arbitraires, les LBD, les matraquages et gazages systématiques, la violence inédite subie par le mouvement des gilets jaunes parce qu’il avait fait l’erreur de refuser d’être sage, de négocier, de s’arrêter.

Nous n’avons pas oublié non plus que les syndicats ont été visés comme, par exemple, lorsque le cortège de la FSU, ceux de la CGT et FO, ont dû être évacués alors qu’ils défilaient paisiblement le 1er mai 2019 à Paris.

Les yeux grands ouverts nous constatons que, depuis quelques années, sensiblement depuis les gilets jaunes, dans beaucoup de grandes villes, aller manifester c’est s’exposer au risque de subir des violences policières.

Les yeux grands ouverts nous avons noté que, pendant que les budgets de l’école et de l’hôpital reculaient, ceux de la police et de sa course à l’armement explosaient (taser ou lbd permis chez nous sont interdits dans bien des pays européens…).

Les yeux grands ouverts aussi, tout ceux qui bossent dans une cité voient bien que même à Limoges la police se conduit en cow-boys débarquant dans un campement indien.

Aucun trafic ne saurait justifier la violence d’Etat, les faits filmés en plein confinement à Beaubreuil n’ont malheureusement rien d’exceptionnel.

Oui, même si ce n’est pas comparable à la situation des Etats-Unis, il y a un problème en France avec notre police. D’ailleurs, la FSU, via ses représentants de la branche Ministère de l’Intérieur, condamne « les violences inadmissibles (…) indignes d’une police républicaine.

Lire la déclaration ICI.

Oui la violence est systémique, augmente, et devient la seule réponse d’un pouvoir de plus en plus sourd.

Oui, il y a du racisme aussi, nous n’ignorons pas les résultats des sondages politiques dans la police ou la gendarmerie, où le RN est sans cesse plus haut.

Oui, nous soutenons toutes celles et ceux qui bravent les interdictions de manifester parce qu’il refusent que notre jeunesse, nos manifs, notre société voient d’autres Georges Floyd, d’autres Zyed, d’autres Bouna, d’autres Adama, d’autres Rémi, d’autres Steve…

Le SNUipp-FSU87