T1, T2 pour votre suivi… suivez ce qui s’ensuit !

L’administration, par le biais de M. Gratadour (doyen des inspecteurs chargé du suivi des formations), nous informe de modifications dans l’organisation du suivi des néo-titulaires T1 comme T2 (sont éventuellement concernés les T3 en situations particulières : ceux qui, du fait d’un congé ou de postes particuliers par exemple, n’auraient pas eu de suivi en T2). Ces changements sont les conséquences à la fois du premier confinement l’an dernier qui n’avait pas permis aux actuels T1 (alors stagiaires) ni aux actuels T2 (alors T1) de bénéficier pleinement du suivi prévu, mais aussi les conséquences de l’état actuel de la crise sanitaire qui oblige à réadapter les dispositions annoncées à la rentrée. Voici un résumé du nouveau dispositif de suivi.

« Suivi priorisé « pour les T1 :

1 visite à chaque période par une/un CPC. Les CPC pourront être accompagné(e)s par des EMF. En cas de difficultés, des visites supplémentaires peuvent être prévues. Si les difficultés perdurent, une visite de l’Ien pourra s’y ajouter.

Remarque : Ces visites ont pour objet d’être des visites de conseil et de formation, et non de contrôle. Le contexte étant pesant pour tous les collègues, mais particulièrement pour les nouveaux, nous insistons sur le fait de ne pas hésiter à nous alerter si ces visites se passent « mal » ou si vous vous sentiez « sous pression » du fait de l’excédent de travail qu’elles pourraient occasionner.

Les CPC établissent un compte rendu à chaque visite, il doit être co-signé par vous, vous êtes en droit d’exprimer votre désaccord ou de le refuser.

En T2… mise à distance :

Afin de prioriser le suivi des T1, le suivi celui des T2 ou des T3 en situation particulière (cf intro de l’article) sera essentiellement en distanciel (mails, téléphone ou visio) par les CPC, afin de fournir des conseils ou des ressources aux T2.

Un entretien avec l’IEN (visio ou réel, ce n’est pas précisé), pour faire un bilan des premières années d’expérience et accompagner les jeunes collègues, est maintenu. Cet entretien ne donne lieu, d’après le document transmis, à aucun compte rendu et ne peut avoir d’incidence sur la carrière (le 1er Rendez-vous de carrière a lieu au 6ème échelon).

Remarque : Au sujet du déroulement de carrière, nous organisons chaque année une Réunion d’Information Syndicale (RIS) pour vous aider à mieux comprendre comment cela marche et pour répondre à vos questions. N’hésitez pas à nous contacter à tout moment dans l’année pour avoir des informations à ce sujet.  

En cas de difficultés, une visite peut être prévue ainsi qu’un dispositif d’accompagnement avec d’autres visites des CPC. Un compte-rendu de visite, co-signé par l’Ien et l’enseignant (qui peut le refuser encore une fois…) est alors établi.

La formation dans tout ça ?

L’administration rappelle l’importance des 18 h de formation qui seront « strictement maintenues » pour les Néo…

Remarque: la plupart des animations sont en train de se réorganiser en distanciel, et, comme cela n’est pas mentionné, nous vous rappelons aussi que vous pouvez retrancher 6h (pour participation à des Réunion d’Information Syndicale), de ces 18 h (programme des RIS : voir ici ). En outre, nous rappelons que le SNUipp-FSU demande à la hiérarchie de libérer tout ou partie de ces 18h pour dégager du temps en équipes d’écoles afin de discuter et mettre en place les protocoles covid.

Enfin, le document rappelle que des temps de formations spécifiques (2 jours de stage en T1 et 1 en T2) sont toujours prévus. Nous ne savons pas pour le moment s’ils seront maintenus ou modifiés pour passer en formation distancielle…

Enfin, difficile de ne pas conclure cet article en vous disant l’importance de se syndiquer au SNUipp-FSU, meilleur moyen d’être informé, accompagné et aidé tout au long de l’année. Meilleur moyen aussi pour renforcer cet outil essentiel qu’est le syndicat, porteur d’un tout autre projet pour l’École que celui qu’est en train de mettre en place le gouvernement actuel et le ministre de l’Éducation Nationale, M. Blanquer.

Vos responsables Néo: Élodie Deloménie, Émilie Vennat-Louveau et Antoine Guillaumie