CDEN – 10 novembre 2022

  • Présent.e.s

Pour la DSEN: Corinne Grizon, Annick Meuleman

Pour le conseil départemental : 4 personnes (Sylvie Tuyeras : Conseillère départementale, Frédérique Bergeron – directrice des collèges, Annick Morizo et Anne Marie Almoster Rodriguez, vices présidentes du conseil départemental)

Pour les représentant.e.s du personnel:

  • 1 SGEN-Cfdt
  • 4 UNSA
  • 5 FSU

1 personne pour l’UDAF

1 personne pour la FCPE

3 maires : Aixe sur Vienne , Saint Hilaire la Treille, Arnac la Poste

Déclaration liminaire : FSU

  • Ordre du jour 

1/ Les effectifs d’élèves dans le 1er degré

Au niveau national : les effectifs de maternelle tendent à se stabiliser après une baisse depuis 2014

Par conséquent, la répercussion (avec trois ans de décalage) apparaît avec une baisse des effectifs sur l’élémentaire (notamment sur le CP).

Au niveau départemental : à la rentrée 2022 : 2.756 élèves soit – 285 élèves par rapport à la rentrée 2021. Cette baisse s’avère moins importante que prévue.

L’administration a livré quelques éléments d’analyse quant à cette moindre baisse :

– la présence d’élèves ukrainiens (environ 60) scolarisé.e.s dans le département

– l’augmentation des Petites Sections par rapport au prévisionnel (3.044 à la rentrée 2021 et 3.198 à la rentrée 2022)

– le changement réglementaire et l’obligation de scolarisation dès 3 ans.

Enfin, à la rentrée 2022, la cohorte de PS s’élevant à 3198 élèves et celle de CM2 à 3600 élèves, la perspective pour la rentrée 2023 est en baisse.

La dotation nationale pour la rentrée 2023  moins 1117 postes pour le 1er degré au niveau national. L’administration est en attente de la dotation académique.

Enfin, il est à noter que la ville de Limoges (qui scolarise 1/3 des élèves du département) a perdu 9 % de ses effectifs.

2/ Point sur les écoles du département :

  • les écoles publiques

On compte 247 écoles à la rentrée 2022 contre 252 écoles en 2021. Cela fait 5 écoles de moins, trois ayant subi une primarisation et 2 écoles ayant été fermées.

On compte une moyenne de 21, 5 élèves par classe (on note par ailleurs que les classes concernées par une moyenne au-dessus de 24 élèves par classe sont au nombre de 38 à Limoges et 24 et des RPI)

Concernant le constat sur les organisations (niveaux de classe), nous avons rappelé que cela n’avait pas forcément d’intérêt dans le sens où le constat mêle les multi-niveaux par choix et ceux contraints. Le Snuipp-FSU rappelle que l’organisation pédagogique au sein d’une école repose sur les équipes et non sur l’administration et que notre curseur principal est celui du nombre d’élèves par classe.

  • les écoles privées et l’instruction en famille (IEF)

Les écoles privées sous contrat ( 8 écoles) enregistrent une hausse de 21élèves.

Les écoles privées hors contrat (4 écoles) enregistrent une hausse de 36 élèves

IEF : 314 élèves

  • Effectifs 2nd degré :

Dans les établissements publics : 25.671 élèves

Dans les établissements privés : 3.075 élèves

2/ Service départemental de l’école inclusive

Au total ce sont 2.547 élèves en situation de handicap (dont 530 en ULIS) scolarisé.e.s dans le département

→ 1 479 é en situation de handicap avec une notification d’accompagnement

→ 800 personnels (AESH) intervenant auprès des enfants (pas en ETP)

L’administration fait part de deux problématiques :

– quid du remplacement des AESH ? (qui met en difficulté les enfants, les familles, les équipes pédagogiques) {corps de contractuels qui a augmenté le plus au cours des dernières années}

-actuellement il y a 4 postes qui ne sont pas couverts

La FSU rappelle ses mandats : Reconnaitre le travail des AESH, en leur garantissant un véritable statut et un salaire digne, en mettant fin au temps partiel subit et en créant un emploi de fonctionnaire Catégorie B pour tout.e.s les AESH.

3/ Plans financés par l’Education Nationale

– plan bibliothèque

– petits déjeuners

La FSU demande s’il est possible de faire remonter à qui de droit que les petits déjeuners sont à l’origine d’une quantité astronomique de déchets car les biscottes sont emballées par 2, les tubes de confitures sont individuels ainsi que le miel…Difficile d’enchainer avec l’éducation à l’environnement…

4/ Organisation départementale

L’administration a rappelé que la règle nationale était de 4 jours par semaine, l’organisation à 4,5 jours étant soumise à dérogation.

En Haute- Vienne, ce sont 48 écoles à 4,5jours et 92 écoles à 4 jours. Il est à noter que la ville de Limoges fonctionne à 4 jours.

5/ SNU – Service National Universel

L’administration a présenté le SNU:

Il concerne les jeunes entre 15 et 17 ans et est pour l’instant facultatif. Le SNU se présente comme des séjours de cohésion

Le contenu du SNU est fixé, sur les grandes thématiques, par l’état et la liberté est laissée aux collectivités quant aux intervenant.e.s et aux partenaires.

→ La FSU est intervenue pour rappeler l’appauvrissement des associations d’éducation populaire existantes et s’est fortement positionnée contre ce SNU. La FSU rappelle que les associations de l’éducation populaire ont vu leurs moyens être réduits à peau de chagrin ces dernières années.

Au sujet de « l’école faisons la ensemble », l’administration a présenté les objectifs affichés du ministère et leur mise en œuvre.

La FSU a dénoncé cette communication qui cache en réalité la généralisation de l’expérimentation marseillaise. En effet sous couvert d’une concertation sur la base du volontariat et 500 000 000 d’euros, c’est la fin de l’école publique qui est en marche… La FSU demande que ces millions d’euros soient utilisés de manière équitable sur tout le territoire et qu’une école plus juste se mette en place. Nous nous étions déjà élevés contre ce « dispositif » dans cet article : ICI